L'ENCYCLOPEDIE 

des

DAMES du LEGENDAIRE ARTHURIEN

Ouvrage sorti chez Livr'S Editions. 

Ci-dessous, quelques unes des 66 illustrations présentées. 

" Fées, reines, mères ou pucelles, chacune d’elles eut un impact décisif sur le roi Arthur et les chevaliers de la Table ronde. Bienveillantes ou perfides, initiatrices et guides, elles ont mené les héros vers leur destinée, que ce soit à travers la Quête du Graal ou dans l’Autre-Monde.
Protégeant les anciennes lois ou promouvant la nouvelle, ces femmes, divines ou mortelles, détentrices de savoir, mirent l’homme à l’épreuve, façonnant le mythe arthurien, pour donner naissance à la plus célèbre des épopées.


Découvrez, ou redécouvrez, dans cet ouvrage, celles qui, renommées ou anonymes, donnèrent vie au plus grand des cycles, un univers intemporel qui dépassa pour toujours les limites de la littérature, au point d’inspirer les artistes de tout temps.
En vous remémorant les histoires de ces femmes, pas si fragiles ni aussi soumises qu’elles en paraissent, plongez dans le légendaire arthurien pour y explorer ses merveilles, ses tragédies et ses mystères.


En partenariat avec le festival « Contes & Légendes à la ferme » de Provins, et préfacée par Claudine Glot, venez à la rencontre de plus de trois cents personnages féminins, rassemblés à travers ces pages, dans une encyclopédie écrite et illustrée par Sarah Bertagna. "

Disponible ici ->

« Sous le vieux chêne, mes larmes ont coulé et entre mes bras gisait celui que j’avais aimé. Perceval l’Infortuné, Perceval le Chétif ! Malheureux que tu es ! Si seulement tu avais posé l’unique question ! Bien des douleurs se prolongent à cause de ton péché et l’espoir tant désiré disparaît dans les brumes que tu as laissées s’évaporer. Bel ami, élu et maudit, te voici désormais dans la plus mythique quête ! Remémore-toi tes devoirs pour qu’enfin l’ombre qui te poursuit s’estompe face à la splendeur de cette terre gaste, qui à la fin pourra renaitre d’une lumière divine. »

« Entends le corbeau par-delà les plaines ! Ressens le bruissement du vent dans les feuilles ! Vois les brumes entourer mon royaume ! L’on me donne bien des noms : Morgane la puissante ! Morgane la reine ! Morgane la Fae ! Certains me craignent et d’autres me respectent. Je suis celle qui tisse le destin des hommes. De mon amour je distribue le savoir au monde. De ma colère j’apporte vengeance et justice ! Le monde évolue, mais je reste inchangée, car en moi vibre le souvenir de l’Ancien Monde. Pendant que les hommes se détruisent, à jamais sur Avalon, je veille désormais sur le plus grand des rois, lui, mon frère bien-aimé. »

« Enfant d’Avalon, fille de la Lune, j’ai livré aux hommes l’épée de vérité, que seul un être au cœur pur pouvait arracher de son fourreau. Mais l’homme d’aujourd’hui n’est plus celui d’autrefois, et d’orgueil est devenu son âme. Alors la lame enchantée, qui aurait dû retourner par-delà les brumes, apporta le malheur sur celui qui la possédait, semant la mort et la désolation. Mais je sais qu’un jour, l’élu de Bretagne pourra la brandir et à ses côtés il apportera au monde la grâce divine. »

« Oh ! ma douce Guendoloena ! Sombre est le monde désormais… J’ai vu les ténèbres recouvrir les vertes vallées. J’ai aidé les hommes à se détruire. J’ai semé la mort sous chacun de mes pas. Mais là où je vais, tu ne peux me suivre. Oh ! ma bien-aimée… Ne verse pas de larmes pour moi, car mon cœur est en paix. Aujourd’hui, je vis les plus beaux jours de ma vie. Plus je m’approche de ma destinée et plus je m’éloigne de toi. J’observe ton visage étincelant à travers chaque étoile qui brille dans la nuit. Tu retrouveras l’amour et ce jour, je serai là pour le bénir. L’amour est douloureux, pardonne-moi et cesse de m’attendre désormais, mon amour, à jamais… »

« Douce Iseult, de tes doigts délicats tu tisses le destin du héros. De ta divine colère, tu coupes le fil de sa vie. Victime d’une passion maudite, tes larmes coulent désormais dans ces eaux qui amenèrent un invincible amour. D’une voix inflexible, tu as apporté l’infortune sur les amants, hurlant de désespoir : “aimez et mourez !” Elle qui lui apportait l’espoir, tout s’écroula lorsque tu couvris leur sentier d’une ombre vengeresse. Te voici seule à présent, observant à jamais les flots, qui livrèrent naguère la voile blanche du mensonge et de la trahison. »

« Divine Dandrane. Courageuse et pure Dandrane. Auréolée de la céleste lumière, tu parcourus les routes, bénie par ta prestigieuse lignée, à la recherche du meilleur des chevaliers. Innocente Dandrane, lumineuse Dandrane. Tu es le guide, l’éclat perçant les ténèbres et scellant le destin des élus. Narrant des mystères d’autrefois, tu tressas son plus précieux présent de tes beaux cheveux d’or. Toi qui jamais ne mentis, tu offris ta vie pour une autre. Et tandis que coulent les larmes de tes compagnons, tu vogues désormais sur les eaux en attendant de pouvoir les retrouver, une dernière fois, pour l’éternité. Ils étaient en quête du calice, mais le véritable Graal se trouvait déjà à leurs côtés. »

« Elle est la paix, dans leur vie de chevaliers… Jeune et lumineuse Clarissant, sur ce lit le passé a refait surface, et ta bienveillance a soigné les profondes douleurs des hommes. Ta grandeur et ton innocence illuminent le monde à l’orée des frontières. Sois leur Graal, brille comme jamais, et que ton précieux éclat vert pénètre les cœurs et sème l’amour tout autour de lui. »

«  Je suis la sœur, l’épouse et la mère. J’ai vogué sur les flots, eux qui m’ont amené jusqu’à mon bien-aimé et telles les eaux apportant la vie, je verse un amour inconditionnel sur les hommes. J’ai donné au monde un nouveau héros, et par mon nom, je prédestine ma lignée à l’amour. »

« Debout, au bord des flots, j’observais à travers mes larmes d’or, la valse destructrice de l’eau et du feu, qui m’arrachaient ce que je chérissais le plus au monde. J’ai vu la pierre fondre et s’unir à la terre, l’amour se briser et rejoindre les ténèbres, l’innocence plonger et atteindre le berceau de l’onde. Désormais, il ne me reste que le souvenir. Souvenir, et attendre. Attendre mon tour, attendre les ombres, attendre ce jour où l’on accepterait que ma plaie se referme. Le père est à présent descendu de son cheval, et le fils chevauche dans d’autres contrées. Maintenant, mes jours se lèvent sans amour et la lune auréole ma solitude d’une inestimable souffrance. Je suis Elaine. Je suis la Reine aux Grandes Douleurs. »

« Indomptable Esmerée, ô courageuse et majestueuse reine ! En toi brûle la fureur divine, la puissance reptilienne de toute femme. Cachée dans les profondes ténèbres, tu attends patiemment celui qui pourra se tenir à tes côtés, l’attirant à toi grâce à ta lumière et tissant sa destinée de ton fil d’or. D’un unique baisé que tu lui as donné, tu repris forme humaine, offrant ta sagesse et ton savoir au héros égaré et récupérant de droit ta couronne tout auréolée par ta magnificence. »

«  Fée des ondes, gardienne de l’innocence, reine de la ruse, déesse chasseresse, je suis la louve cristalline sauvegardant les princes de la cruauté des rois. Guerrière des eaux profondes, veillant sur la lame d’acier, je suis le fourreau des valeureux chevaliers et la couronne de fleurs des enfants. Mon visage conserve la trace de mon amour et de ma loyauté, et les mystères qui planent sur moi auréolent l’ombre canine de mes protégés.  »

«  Je suis la juste et la complaisante. Princesse de l’Autre-Monde, je régis le destin des mortels et tisse le fil de leur fortune. Crains-moi si tu outrepasses ta promesse, car alors mon courroux sera terrible. Mais je suis aussi miséricordieuse, et j’offre ma clémence aux hommes qui apprennent l’humilité dans leurs erreurs. »

« Douce symphonie, entend les présages du Mélancolique. Les gouttes d’eau ruissellent sur le Maitre du Chant, qui dorénavant veille sur les hommes, loin des guerres et de la haine. Mon cœur naguère saignait de ta fourberie, mais je suis désormais en paix, et je m’éveille pour enfin voir le monde et ce qu’il deviendra. Masculin et féminin réunis, le Sage observe et l’enchanteresse prophétise, sous la voute céleste, patientant en attendant la venue des nouveaux rois. »

*Mes derniers Instagram*
  • Flickr - Grey Circle
  • Pinterest - Grey Circle
  • Facebook - Grey Circle
  • Instagram - Grey Circle

© 2019 by Sarah Bertagna.

© Sauf mentions contraires les textes & photos présentés sur ce site m'appartiennent, merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation. Sarah Bertagna © 2011-2019. Tous droits réservés.

contact@sarahbertagna-art.com