" Le Testament des Nymphes "

Liobe

« La légende narre que, à la suite de la menace croissante et la folie du roi, la grande prêtresse de Liobe cacha dans les souterrains de la cité, afin que jamais il ne puisse être trouvé, un fabuleux cristal aux propriétés et pouvoirs très puissants qui, selon la façon dont on usait de lui, pouvait protéger les peuples ou les anéantir. On dit que de ce cristal, la jeune femme en possédait un fragment, qu’elle brisa en plusieurs morceaux pour créer un magnifique bijou. Avant de disparaitre, elle confia celui-ci et annonça qu’il devrait revenir à la prochaine prêtresse qui lui succéderait. S'évaporant avec son protecteur, plus jamais nous n'entendîmes parler du collier et les années qui passèrent éteignirent avec elles tout espoir de voir un jour se présenter l'ultime espoir face au roi déchu. »

)O(

"Liobe" est un collier en argent orné de cristaux de quartz. Vous pouvez la retrouver dans la boutique en ligne sur Etsy. 

Cornelia

" Il incarnait le souvenir de sa chère mère. La Dame Fée ne l’avait plus jamais quitté, lui qui lui rappelait le doux royaume de son passé, le pays aux mille couleurs. Lorsqu’elle posait les yeux sur la pierre, elle revoyait son enfance, couchée dans les bras de la déesse qui la berçait tendrement, les étoiles étincelantes dans ce ciel indigo. Les lucioles virevoltaient dans la nuit, illuminant la contrée de leurs ailes dorées ; ses sœurs les fées chantaient et dansaient au son des instruments, dont la mousse entrelaçait les bois. À travers ce collier, elle ressentait la rosée qui se reposait sur la feuille, la brise qui serpentait dans ses cheveux, l’écho distant des fleurs des champs, le ronronnement d’un chat à l’ombre d’un arbre bleu. Car tel se présentait le royaume des fées, une aquarelle d’un printemps immortel, par delà les vallées, là où nul ne s’aventurait ; une terre que la déesse aux mille noms préservait jalousement. "

)O(

"Cornélia" est un collier en argent orné d'une druse d'agate dans les tons violets. Vous pouvez la retrouver dans la boutique en ligne sur Etsy. 

Milandare

" La huitième enfant de Lura-Ma et d’U-RA-ne se prénommait Milandare. Elle fut la première reine du territoire qui porte son nom, et également la mère des Dames Fées. Dans son royaume, chaque nuit le ciel chantait de mille couleurs. On disait qu’il s’agissait des cheveux de la déesse Iméra dansant au côté de son bien-aimé dragon vert ; car en ces lieux ils savaient qu’ils ne pouvaient pas être dérangés. 
Alors qu’un soir Milandare était allongée dans un pré, en train d’admirer les dieux, la queue de la créature s’emmêla dans la chevelure d’Iméra. Tous deux tentant de les séparer, ils n’eurent d’autre choix que de couper la mèche dans laquelle se coincèrent des écailles. Celle-ci tomba sur Terre et au contact de l’herbe se mit à pousser une magnifique porte de primevères. Les écailles du dragon se versèrent dans les yeux de Milandare, si bien que ceux-ci devinrent violets. Et l’on dit que depuis, ces filles et les filles de ses filles héritèrent de cette couleur mystique. 

Mais la magie de cette nuit fut de courte durée, car déjà au loin résonnaient les échos de Sethalgar, qui amenait vengeance, guerre et mort. 
Furieux que sa tante ait recueilli Amaninfen et sa fille, Sethalgar arriva jusqu’aux portes de Milandare, menaçant sa reine de lui rendre ce qu’il estimait lui appartenir. La jeune femme ne cédant point, alors Sethalgar, de la pointe de son épée, brisa son collier où pendait son cristal. Celui-ci se fracassa en des milliers de morceaux. Ne pouvant le réparer, Milandare était désespérée. Avec l’aide de la chaleur que lui prodigua Sílios, elle leur apporta le souffle, et ainsi leur donna vie. De ses larmes qui coulaient, celles-ci ruisselèrent dans les cheveux de ses petites protégées et se métamorphosèrent en ailes. Milandare souhaita leur offrir un refuge et, se rappelant les fragments de cristal, dont certains étaient tombés sur des fleurs, elle décida qu’il n’y aurait pas de plus belle maison pour les fées. Le royaume étant garni de mille plantes, chacune d’elles put y trouver un abri. 
À la fin de la guerre, Milandare ordonna que les armes soient interdites dans le pays, et que plus jamais les esprits de la nature ne soient au contact du métal. 
La fleur d’où jaillissaient des éclats de cristaux devint l’emblème de ce royaume. Jamais la magie ne fut aussi puissante qu’en ce pays, car son peuple était né de la plus pure partie d’elle. "

)O(

"Milandare" est un collier en bronze orné d'une fleur synthétique rose et de cristaux de quartz. Vous pouvez la retrouver dans la boutique en ligne sur Etsy. 

Natyam
En voir plus

« Alors que le cosmos ne portait pas de nom, bien avant la mer, la terre et le ciel, résidait un unique aspect que les anciens appelaient Kháostrýpa, l’Instant primordial. Kháostrýpa inspirait et l’univers apparaissait. Kháostrýpa expirait et ainsi l’anéantissait. Entre ces deux temps, il se présentait telle une minuscule masse grossière et informe où dans son sein les éléments demeuraient et se livraient bataille. La matière ne possédait aucune solidité, l’onde était sans fluide, l’air se montrait privé de lumière et le froid combattait la flamme, sans cesse opposés et contraires. Dans ce conflit ne se rencontrait aucune résonance, un silence glacial où seul se faisait écho le souffle de Kháostrýpa dans un son vibratoire aigüe.
Soudain surgit le serpent qui enlaça les éléments et les enferma dans un œuf. Il décida qu’il ne se détacherait qu’à l’instant où cesserait leur lutte. Alors la coquille se fendit et une mer se déversa en Kháostrýpa. Las, le reptile se laissa envahir par les flots et, au contact des éléments, une éblouissante lumière apparut, aveuglant Kháostrýpa. Une énergie se modela en lui, tirant et façonnant la Déesse et de son ventre qui grossissait, se présenta au même instant le Dieu. Ils étaient les Dieux primordiaux, ne pouvant être décrits ni illustrés. Égaux, mais opposés, tous deux mirent définitivement fin aux combats des éléments en séparant le ciel et la terre.

Un éclat frappa Kháostrýpa, et de cette rencontre jaillit Imera, la lumière. Épuisé de ce brillant fragment, il ferma les yeux et de son repos vint Nímyr, la nuit. La Déesse et le Dieu s’unirent et enfantèrent Hecate, la lune et Sílios, le soleil. Mais le Dieu s’affaiblissait et la Déesse soudain se mit à vieillir, peinée de voir son bien-aimé s’éteindre. Alors Hecate et Sílios commencèrent à danser et de leur ballet se forma le temps. Hecate étant née la première, les journées débutèrent à son réveil et s’achevèrent au sommeil de son tendre frère. Mais ce sacrifice leur imposa qu’ils ne puissent se retrouver qu’une fois tous les cent soixante-treize jours ! Afin de ne pas être seule, Nímyr passa ses nuits avec Hecate. Il allait et venait à chacune de ses apparitions et de leur amour se répandit Palírassa, l’océan. Tandis que Sílios s’émerveillait sous les éclats d’Iméra, leurs rayons frappèrent la Terre et ainsi se forma Tânóros, la montagne de feu. (...) »

)O(

"Natyam" est un collier en argent orné d'une Labradorite blanche en son sein. Elle existe en cinq versions rappelant les couleurs diverses des nébuleuses - apatites bleues, péridots, cristal de quartz ou améthystes - Vous pouvez la retrouver dans la boutique en ligne sur Etsy. 

Eeva
Irteera

" L’on dit qu’à Eeva, par delà les îles habitables, où les flots assaillent les falaises escarpées, se dévoilent sur les berges, au cœur de la nuit, de jeunes femmes à la peau aussi claire que la déesse brisée. Leurs voix se mêlant aux chants des vagues, elles acclament les vérités de l’après-vie. Imprudent voyageur des mers dont l’audace le pousse à s’aventurer dans ces eaux s’il n’y a pas été invité ! Car de son arrogance à vouloir soulever le voile des arcanes, les hurlements le mèneront dans les tréfonds de l’onde amère où il y perdra son âme. "

)O(

"Eeva" est une bague en argent plaqué orné de cristaux de quartz bleus. Vous pouvez la retrouver dans la boutique en ligne sur Etsy. 

« Chevauchant dans la nuit glacée à la recherche du perce-neige, j’ai donné vie au fils de la lumière. En ce jour et par ma bénédiction, voici venu le temps de son enfance, lui désormais touché par la sagesse et prenant alors de la vigueur. 
Mère accomplie, femme nourricière et féconde, je célèbre les premiers frémissements de l’existence, sous les cristaux de neige qui peu à peu s’effacent sous les flammes des bougies de ma couronne. Mon halo s’intensifie et la terre s’éveille à la vie. L’agneau nait sous la protection d’un sorbier alors que le hérisson émergeant de son terrier cherche la source de lumière qui va inonder le ciel. J’apporte la fertilité et mes filles s’initient aux premiers rituels, purifiées des craintes de l’hiver.
Je suis la Déesse qui ne meurt jamais, de vieille femme je redeviens jeune fille et sous chacun de mes souffles glacés, je danse dans une valse lunaire. Je suis Irteera, la Dame Blanche, je suis la résurgence. »

)O(

"Irteera" est un collier en argent orné d'une pierre de lune encerclée de cristaux de quartz. Vous pouvez la retrouver dans la boutique en ligne sur Etsy. 

Estela

« Voici venu le jour de la renaissance. Mon fils, porteur d’espoir, a atteint sa maturité. Il s’étend et peut désormais endosser sa couronne de verdure tout en se réjouissant de l’abondance de la nature et apporter la semence de la création. 

La léthargie hivernale est révolue et, enfin réveillée, me voilà redevenue une jeune fille alors que mon premier sang se répand sur la terre, l’enveloppant de fertilité, remontant dans les troncs, coulant dans les nervures, nourrissant les graines. Nue sous la glace, je revêts ma robe. Mes seins sont parés de milliers de fleurs, et ma chevelure glisse dans les branches, les racines et les tiges qui jaillissent sous la lumière du soleil.

Tous deux, nous dansons dans les champs et les bois verdoyants, pour nous réveiller et réveiller la terre, admirant l’univers qui croît tout autour de nous. Rieuse, je revis, je m’élève, je vole. L’air est frais, excitant et chargé de nouveauté, entamant un changement motivé par un calme intérieur. 

 

Ornées de fleurs séchées et de pétales de roses, mes enfants déposeront des chandelles sur l’eau au retour de l’hirondelle messagère ; pendant que le lièvre sortira de son terrier pour s’étendre vers le soleil, que les vers remonteront à la surface et que les amandiers s’épanouiront. Ils m’invoqueront et accompliront des offrandes, tout en honorant leurs mères et leurs filles au travers de ce jour sacré, inaugurant le cycle saisonnier qui comprend le temps de la jeunesse et l’âge de la féminité. 

 

Sous une balance parfaite entre ciel et terre, le jour et la nuit vivent désormais égaux. La fougue et le désordre s’élèvent pour accorder le féminin et le masculin et les animaux sortent pour me rejoindre dans la lumière. Les lapins gambadent parmi les champs de jonquilles et de tulipes, jalousement gardées par les abeilles, tandis que bientôt les œufs écloront. Aujourd’hui je m’éveille, les jours rallongent, la neige fond, le soleil réchauffe le sol et les premières fleurs enfin apparaissent. Entends l’eau qui ruisselle sur la roche, le chant des oiseaux et les bourgeons qui s’ouvrent, voici le grand départ, une nouvelle quête à l’Est qui démarre au pied du majestueux cerisier. La vie s’installe tout autour de nous. Alors détends-toi, jeune fille du printemps, vis avec insouciance, la nature se recrée dans toute sa diversité grouillante et avance dans un monde renouvelé. 

 

Je suis Estela, la Dame de l’Aulne, je suis la régénération. »

)O(

"Estela" est un collier en argent orné d'un quartz rose encerclé de cristaux de quartz. Vous pouvez la retrouver dans la boutique en ligne sur Etsy. 

*Mes derniers Instagram*
  • Flickr - Grey Circle
  • Pinterest - Grey Circle
  • Facebook - Grey Circle
  • Instagram - Grey Circle

© 2019 by Sarah Bertagna.

© Sauf mentions contraires les textes & photos présentés sur ce site m'appartiennent, merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation. Sarah Bertagna © 2011-2019. Tous droits réservés.

contact@sarahbertagna-art.com